Qu’est ce qu’une vie pleine? Je ne parle consciemment pas de réussite, mot avec de nombreuses connotations, mais de “vie pleinement vécue”. Tous ces moments où nous avons l’impression d’être entièrement là, présents. Où nous sommes dans le flot de la vie, se laissant bercer par ses vaguelettes tout en résistant aux tempêtes.

Nous avons tous connus ces moments où nous sommes vivants, mais comment faire perdurer cet état? Et comment faire face aux injonctions de la vie qui n’est pas toujours un long fleuve tranquille? Comment accéder à la plénitude?

Je vous offre ici trois concepts, que nous allons découvrir ensemble, en gardant à l’esprit l’image d’un bateau naviguant sur les flots. Imaginez que vous êtes à la barre d’un navire, capitaine au long cours prêt pour un long et merveilleux voyage qui peut durer une centaine d’années. C’est parti? Larguez les amarres!

(1) La préparation au voyage: l’état d’esprit

Avant même de partir, nous pouvons nous imaginer notre voyage de plusieurs façons. Il va y a voir des orages, nous ne sommes pas un excellent nageur, les vivres risquent de manquer, et si je suis malade? etc, etc. Ou alors, nous pouvons prendre en compte tous ces risques, se préparer dans la limite du possible et partir avec une véritable curiosité naturelle, pour les découvertes que nous allons faire en route, le soleil qui illumine les vaguelettes et fait scintiller le clapotis de l’eau, les oiseaux qui volent dans le vent, etc.

Cords

Alors que le voyage n’a même pas commencé, voici deux façons de l’imaginer qui engendrent deux états d’esprit complètement différents. Dans le premier cas, nous allons nous sentir freinés et l’on risque de ne pas apprécier le voyage. Dans le deuxième cas, nous sommes dans la disposition d’esprit idéale pour donner le meilleur de nous même.

Nous avons cet immense pouvoir d’être capable de modifier notre état d’esprit. Ce processus, qui consiste à passer d’un état passable ou légèrement angoissant à un état positif et épanouissant a été appelé par les psychologues comme Abraham Maslow, dont j’ai déjà parlé ici, l’auto-actualisation.

“On ne se plaint pas de l’humidité de l’eau ni de la dureté des rochers… Comme les enfants qui tournent vers le monde des grands yeux innocents, qui ne critiquent pas mais se contentent d’observer et de noter ce qui se passe, sans raisonner et sans exiger qu’il en soit autrement, de même les individus auto-actualisants observent la nature humaine en eux et dans les autres.” Abraham Maslow, Motivation and Personnality, New York, 1954, p207.

(2) Lever l’ancre: savoir renoncer pour être Soi

On ne fait pas le même voyage selon que l’on choisit un catamaran, un voilier, un yacht ou un aviron. Tous ces moyens de navigation ont leurs charmes et leurs inconvénients, mais le plus important est qu’il doit refléter ce que nous sommes ou ce que nous aspirons à être. Et choisir, c’est avant tout renoncer. Le père de la psychologie positive, Carl Rogers, l’a résumé en trois points. Être soi, c’est:

Renoncer à être ce qu’on n’est pas

Rien ne sert de prendre un voilier si cela ne vous correspond pas, même si cela vous semble plus prestigieux que le catamaran qui vous parle, lui, profondément. C’est toute la question des valeurs qui forment votre socle identitaire. Si votre valeur principale est la générosité mais que vous voulez à tout pris mettre en avant une autre valeur, comme par exemple le leadership, car c’est associé à la réussite dans le monde d’aujourd’hui, vous allez risquer de manquer d’authenticité et de ne pas trouver suffisamment de motivation dans les moments difficiles.

Boats

Renoncer à être plus que l’on est

Savoir faire siennes ses faiblesses et les transcender fait profondément partie de l’épanouissement de soi. Vous êtes quelqu’un d’introverti ou de timide mais pensez que l’on se doit d’être extraverti dans le monde d’aujourd’hui? Détrompez vous! Au risque de connaître un sentiment d’insécurité et de mettre en place des mécanismes de défense car le monde sera perçu comme menaçant. Vous êtes ce que vous êtes, avec vos forces et vos faiblesses.

Renoncer à être moins que l’on est

Être soi, c’est aussi savoir qu’il est bon de sortir parfois de sa zone de confort, et que c’est ainsi que nous sommes capables d’être meilleurs que nous même. Vous êtes timide? Soit, mais cela ne doit pas vous empêcher d’aller de l’avant. Sans cette conscience de pouvoir se surpasser, la culpabilité et la dépréciation de soi s’installent.

(3) Naviguer: une vie pleine est un processus, non un état

Comme nous l’avons dit plus haut, l’état d’esprit est important pour se faire un idée de la réalité convenable, c’est à dire qui nous convient. Mais avoir une vie pleine, ce n’est pas atteindre un état final. C’est un processus qui se modifie constamment, auquel if faut en permanence s’adapter. Alors comment faire? En comprenant que c’est la direction que vous donnez à votre bateau qui compte, et non la destination finale.

L’expérience du voyage

Il y a une fable chinoise que j’aime particulièrement à ce sujet:

C’est l’histoire d’un philosophe poète, qui décide d’aller voir son ami à deux jours de marche, car il a très envie de le voir. Il se met en route et profite de la bise qui berce les pruniers en fleurs. Il s’abreuve aux ruisseaux et déjeune de ce qu’il a emporté en regardant les montagnes au loin. Le soir, il dort à la belle étoile, protégé par une couverture qui le garde bien au chaud. Le lendemain, il se remet de nouveau en marche tout en pensant à la nature si belle et si généreuse. Lorsqu’il arrive devant la maison de son ami, il s’arrête à la porte d’entrée. Avant même de frapper, il se rend compte que son envie de voir son ami s’est envolé. Alors, sans déranger plus que ça, il tourne les talons et reprend sa route pour retourner chez lui.

Hokusai

Comme dans cette histoire, c’est l’expérience qui compte, le voyage. Voilà trois clés à garder en tête (et au coeur) pour avoir une vie épanouie:

  • Une vie pleine, c’est une ouverture accrue à l’expérience. C’est savoir s’écouter, écouter son Soi, et faire l’expérience de ses voyages intérieurs et extérieurs.
  • Une vie pleine, c’est vivre dans le moment présent, de façon totale. Comme un petit enfant qui découvre le monde, chaque moment est nouveau, à nous de le célébrer et de nous mettre dans un état réceptif pour l’accueillir.
  • C’est finalement avoir une confiance accrue dans sa capacité à conduire de façon satisfaisante sa vie. Cela ne peut se faire que si nous avons entrepris la démarche d’être soi, en renonçant à ce que nous ne sommes pas. En effet, seule une acceptation de notre Soi le plus profond permet de construire un socle identitaire suffisamment solide pour avancer sereinement. Un pépin, un orage? Il est bien moins terrible si vous ne vous êtes pas perdu en route, si vous êtes toujours vous, authentique.

S’adapter au temps et au paysage.

Être vraiment soi-même, c’est profiter de ces expériences pour s’épanouir. Ainsi, l’idée fondamentale est d’être suffisamment flexible pour que le moi et la personnalité émergent de l’expérience. Au contraire, un moi trop rigide déformera l’expérience et ne permettra pas de se développer et d’apprécier la vie.

“Rien n’est jamais acquis à l’homme. Ni sa force, ni sa faiblesse, ni son cœur… ” Louis Aragon

Woman sailing

Comme un capitaine doit s’adapter aux vents, aux courants marins et aux marées, une des clés fondamentales d’une vie pleine est donc de savoir accéder à la mobilité, à la fluidité, au changement. 

Alors, qu’est ce que la plénitude? C’est savoir que nous pouvons regarder le monde avec nos propres yeux, en nous mettant dans un état réceptif aux expériences et en se basant sur un système de valeurs qui nous est propre. Comme le résume merveilleusement, Carl Rogers, vivre pleinement c’est

“Cette tendance propre à toute vie humaine de s’étendre, de grandir, de se développer, de mûrir.” Carl Rogers, le développement de la personne.

Alors, pour vous toutes et tous, capitaines de vos vies, je vous souhaite un excellent voyage et un merveilleux épanouissement tout le long du parcours!

Pour aller plus loin:

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.