Nous en avons tous fait au moins un jour. Si ce n’est pas ces dernières années, alors à l’âge de trois ans quand nous avons commencé à gribouiller sur une feuille de papier. Je parle des mandalas. Oui, ils sont à la mode en ce moment, et je pense qu’après avoir lu cet article, vous vous direz que ce n’est pas forcément un hasard, et que, loin des effets de mode, dessiner un mandala pourrait vous aider dans vos moments difficiles ou de changement profond.

D’où vient le mandala?

Le mandala n’a pas une seule origine car on le voit partout et très tôt dans le développement de nos civilisations. Le mot vient du sanskrit et veut dire cercle. Mais c’est un symbole universel que l’on retrouve à peu près partout, dans toutes les cultures. Il est plus ou moins complexe mais conserve toujours sa forme ronde. Dans le bouddhisme, il représente l’univers entier ainsi que l’aspect cyclique de nos vies. A Stonehenge en Angleterre, l’emplacement circulaire donné à ces grandes masses de pierre n’est pas un hasard, de même que la forme ronde du labyrinthe à la base de la cathédrale de Chartres. Vous vous demandez pourquoi les ovnis ont toujours cette forme ronde? Ne cherchez plus, là-aussi cela fait appel à un symbole universel.

Stonenhedge Tibetan Mandala Chartres Cathedral Round Ovni

Que signifie un mandala?

Comme les exemples ci-dessus le montrent, le mandala est un symbole universel très fort, et ce n’est pas pour rien, car il représente la vision que nous nous faisons de notre individualité ainsi que notre relation au monde. Le psychologue Carl Jung, à l’origine de sa redécouverte dans notre société occidentale, le dénomme un archétype, soit un symbole universel à forte charge psychique. En clair? Le mandala est associé à l’organisation de la psyché d’un individu ou d’un groupe, et ce quelque soit la culture, l’histoire ou la croyance.

Chaque élément de la personnalité y est représenté et ordonné l’un par rapport à l’autre, faisant ainsi opposition au chaos psychique. On peut retrouver dans le mandala tout ce qui constitue le Soi. Le Soi représente la totalité de la psyché et peut être décrit comme une forme d’image du sacré, d’une force supérieure qui va au delà de l’ego. Il est la somme des différentes facettes de notre psyché:

  • La persona (ce que l’on représente, la façon dont on s’adapte à la société)
  • L’ego (le centre de la conscience)
  • Les complexes (influences inconscientes de notre entourage ou de notre passé)
  • L’ombre (notre côté refoulé, que l’on n’aime pas ou que l’on ignore)
  • L’anima et l’animus (nos représentations du féminin et du masculin).

Le Soi est à la fois le centre de tout cela et en même temps la circonférence complète qui embrasse à la fois le conscient et l’inconscient (Carl Jung, livre rouge). Un mandala contient donc une personnalité propre dont la forme circulaire marque une limite, une protection. Dans les représentations de mandalas liés à une religion (comme le bouddhisme par exemple), le mandala contient alors la psyché collective d’un groupe d’individus unis par de mêmes motivations.

Le mandala dans le développement de la personne.

Les cercles et les hommes “patates” de votre petit dernier? Ils ne sont pas anodins. En effet,  ce genre de dessin apparaît au même moment où l’enfant commence sa maturité psychique en se référant à “je” et “moi”, vers l’âge de 3 ans. Il représente à la fois le visage rond des parents qui s’occupent de lui, ainsi que son propre corps, représenté par un rond avec des membres qui en sortent. Certains scientifiques avancent que notre penchant pour le cercle peut s’expliquer par la vision circulaire que nous avons. Il a été aussi démontré que les bébés de moins d’une semaine préfèrent regarder des lignes courbes que des droites (Fantz et Miranda, 1975). Quoiqu’il en soit, les enfants font inconsciemment des mandalas, un processus psychologique parfaitement normal.

Child potato
Dessin d’un enfant de 3 ans. On retrouve une tentative de faire un cercle fermé

Chez les adultes, la forme du mandala se complexifie, avec souvent la forme carrée qui intervient en plus du cercle, soit un carré dans le cercle, soit une division du cercle en quatre. Le carré est une forme géométrique bien concrète et stable. Elle fait référence à nos quatre façons d’appréhender le monde: par les sentiments, le mental, les sensations et l’intuition. Alors que la rondeur dénote l’intégrité naturelle, la forme quadrangulaire représente la prise de conscience de cette intégrité.

Carl Jung's Mandala
Mandala dessiné par Carl Jung (livre rouge)

Le mandala dans la vie quotidienne.

Le mandala aide à représenter la “somme que nous sommes”, ainsi que notre relation à la Nature. C’est un point central de la psyché, où tout est en relation, dans un arrangement dynamique. C’est une source d’énergie auquel on peut se référer lorsque nous en avons besoin, quand par exemple l’ego et le Soi ne sont plus en harmonie. Le Soi est là pour nous ramener à une harmonie intérieure quand l’ego est bousculé par les aléas de la vie.

Ainsi, le mandala a un effet thérapeutique puissant. Il est utilisé par certains psychothérapeutes pour appréhender un problème concret. De même, les indiens Navahos créent des mandalas avec du sable de couleur pour ramener un malade à l’équilibre entre son âme et le cosmos. N’hésitez pas à réaliser un mandala lorsque vous n’allez pas bien. Cela permet bien souvent de mettre le doigt sur le problème en le faisant remonter à la conscience, et de ramener ainsi un état de sérénité dans votre psyché.

Enfin, c’est par la réalisation d’un mandala que le bouddhiste apprenti indique à son maître qu’il est prêt pour un apprentissage plus poussé. C’est aussi un support de méditation utilisé fréquemment dans le bouddhisme et l’hindouisme. En effet, le mandala permet de se rapprocher de ce qui est sacré, divin en nous. Ainsi, le mandala est un exercice clé pour tous ceux qui cherchent à s’épanouir. Réaliser des mandalas régulièrement permet de suivre son évolution intérieure en “matérialisant” tous les mouvements psychiques qui accompagnent un développement du Soi.

Les mille et une façons de créer un mandala.

Pour faire un mandala, c’est tout simple. Munissez vous de crayons de couleur ou de l’aquarelle. N’hésitez pas à utiliser une feuille noire pour faire ressortir les couleurs. Si vous ne voulez pas dessiner, ce qui serait dommage!, vous pouvez aussi colorier des mandalas, il y a pas mal de cahiers de coloriage qui en proposent.  Prenez votre temps et ne pensez pas trop. Comme je l’ai dit plus haut, c’est un acte méditatif, où le mental n’a pas grand chose à dire. C’est donc un excellent exercice pour laisser-faire et alléger sa charge mentale.

Enfin, ne ratez pas l’occasion de réaliser des mandalas en pleine nature. En famille ou seule, collecter des bouts de bois, des feuilles, de fleurs et les ordonner d’une façon qui vous parle est un acte profondément ressourçant.

Flower Mandala
Renforcez votre connexion à la nature en réalisant un mandala végétal

Avez-vous aimé? N’hésitez pas à télécharger mon guide gratuit “croire en soi”, qui contient des exercices complémentaires à celui-ci pour diminuer son chaos intérieur et développer une énergie nouvelle.

Bon épanouissement!

Et pour aller plus loin:


Leave a Reply

Your email address will not be published.