Vous avez sans doute toutes déjà vu quelque part un autoportrait de Frida Kahlo. Artiste peintre, belle mexicaine, aux larges boucles d’oreilles et aux sourcils épais, regardant sans ciller la caméra de son regard pénétrant. J’aimerai vous parler un peu plus d’elle et partager avec vous quelques réflexions qu’elle m’inspire.

Qui était Frida Kahlo?

1) Un début de vie mouvementé

Frida Kahlo naît au Mexique en 1907 dans une famille de la petite bourgeoisie, d’un père photographe et d’une mère appartenant à une famille de généraux. À l’âge de six ans, elle est atteinte de la poliomyélite, ce qui atrophie sa jambe droite et l’empêche de grandir. Cette maladie la rapprochera de son père qui souffre d’épilepsies récurrentes. Contrairement à ses trois sœurs, il enseignera à Frida avec tendresse la photographie, la philosophie et la littérature, l’encourageant par la même occasion à faire du sport, activité à cette époque réservé aux jeunes garçons. Elle reçoit aussi de la part d’un ami de son père des cours de dessin, activité qu’elle aime depuis toute petite.

Commençant ses études plus tard à cause de sa maladie, elle est ensuite expulsée de son école secondaire pour désobéissance. Abusée sexuellement par une enseignante, elle quitte son collège et intègre un lycée élitaire, depuis peu ouvert aux jeunes filles (35 sur 2000 étudiants). Elle y sera brillante étudiante, avide lectrice, et poursuivra des études en sciences naturelles avec l’idée de continuer en médecine.

2) L’accident

Son destin se voit totalement changé à l’âge de 18 ans, lorsque l’autobus dans lequel elle se trouve percute brutalement un tramway, faisant plusieurs morts. Frida est grièvement blessée et restera alitée pendant plusieurs mois. À cause d’une vertèbre lombaire fracturée, on lui installe une barre de fer le long de sa colonne vertébrale. La douleur ne la quittera plus et elle ne pourra jamais avoir d’enfants.

Pendant sa convalescence, ses parents lui installent un miroir au dessus de son lit. Elle commence à peindre, principalement des autoportraits. C’est le début de sa carrière de peintre, où elle s’exprime par des tableaux hautement symboliques voire surréalistes. Parallèlement, elle s’engage activement en politique et s’intéresse fortement à l’émancipation des femmes.

À 21 ans, elle rencontre Diego Riviera, un peintre mondialement connu de vingt ans son aîné, avec lequel elle se marie. Frida est bisexuelle et ne s’en cache pas, Diego la trompe fréquemment. Comme vous vous en doutez, leur vie amoureuse sera très mouvementée, mais aussi profondément passionnée.

Frida ou le visage de la femme sauvage

J’admire profondément Frida Kahlo, non seulement pour ses peintures qui sont d’une expression extraordinairement vivante et émouvante, mais aussi, et peut-être surtout pour sa façon de vivre. Malgré sa douleur omniprésente, elle était présente sur la scène politique en faveur des classes défavorisées, peignait intensément et était entourée d’animaux des plus divers, en connexion avec son Soi, la nature et l’univers. Elle nous apprend que:

Il est possible de surpasser ses douleurs, physiques ou mentales, en se connectant intimement avec son Soi et en nourrissant sa vie intérieure.

Voici quatre leçons de vie que m’a inspiré Frida:

1) La créativité, quelle qu’elle soit, est fondamentale.

The Broken Column, Frida Kahlo
The Broken Column, 1944, Museo Dolores Olmedo, Xochimilco, Mexico City, Mexico

Malgré sa douleur ou pour l’exorciser, Frida peignait des tableaux très symboliques. Elle se représentait dans une situation de douleur, ou à travers des “visions” qu’elle considérait comme bien réelles. Elle avait en effet coutume de dire que ses œuvres n’étaient pas surréalistes car elle peignait ce qu’elle voyait. En l’occurrence, Frida ne pouvait réprimer sa douleur, mais elle la laissait parler à travers ses peintures. Cela nous apprend que la créativité peut permettre d’exorciser la douleur ou le mal-être et de ne pas perdre de vue son identité. En se peignant dans diverses poses (elle a réalisé 143 peintures dont 55 autoportraits), elle a maintenu l’identité que son corps, à travers la douleur, lui interdisait.

2) Se connecter à la nature, c’est accéder à une puissance sauvage et nourrissante.

Self Portrait, Frida Kahlo
Self-Portrait with Thorn Necklace and Hummingbird, 1940, Harry Ransom Center, University of Texas at Austin, Austin

Chez elle, Frida était entourée d’animaux de toute sorte: des singes, des perroquets, des biches. On la voit aussi souvent dans des autoportraits avec des animaux qui la soutiennent ou l’accompagnent, qui l’entourent et lui chuchotent au creux de l’oreille ou derrière son épaule. Frida est un exemple merveilleux de femme qui a su entretenir sa connexion à la nature et ainsi nourrir de façon intense sa vie intérieure de femme sauvage. Si vous voulez plus de détail sur un des moyens pour y arriver, je vous conseille d’aller lire l’article consacré à l’animal-totem.

3) Transcender ses propres douleurs et cultiver un altruisme profond.

The two Fridas, Frida Kahlo
The two Fridas, 1939, Museo de Arte Moderno, Mexico City

En compagnie de son mari Diego, elle était active politiquement. Elle s’engageait fortement pour les défavorisés, la condition féminine, et soutenait l’idée que l’on pouvait vivre une société sans classe. Malgré sa douleur et son mal-être, au lieu de se centrer sur elle, elle n’a pas oublié de se tourner vers les autres et cultiver un altruisme profond et généreux. Elle écrira dans une de ses lettres: “sentir dans ma propre douleur, la douleur de tous ceux qui souffrent et puiser mon courage dans la nécessité de vivre pour me battre pour eux.”

4) Au delà des problèmes, au delà des déceptions.

Frida and Diego
Diego Rivera and Frida Kahlo in Mexico, 1933 (Photograph by Martin Munkácsi)

Frida avait une relation particulièrement tumultueuse avec son mari Diego Rivera. Ils se sont mariés deux fois, se sont quittés puis retrouvés. Ils ont vécu beaucoup d’années séparément, et se sont tous les deux allègrement trompés. Mais, malgré leur relation plus que conflictuelle, à la fin de la vie de Frida, Diego était toujours là, profondément présent. Frida nous apprend qu’être une femme puissante ne veut pas dire s’affranchir de l’amour mais au contraire le transcender, au delà des problèmes, au delà des déceptions.

Qu’ai-je appris de Frida Kahlo?

J’ai appris qu’au delà des aléas de la vie, de nos douleurs, nos souffrances, nos faiblesses, il est toujours possible de libérer la femme puissante en chacun de nous, l’âme sauvage qui nous nourrit et nous inspire. Alors comme Frida, soyez créatives, passionnées, provocatrices, sauvages, bref, humaines!

Et vous? qu’en pensez-vous? Dites-moi tout en commentant cet article. Si vous voulez aller plus loin, n’oubliez pas de télécharger mon guide gratuit “5 étapes pour croire en Soi”. Il vous apportera des pistes simples et efficaces pour se reconnecter avec son âme sauvage et ses envies profondes. Comme Frida, comme toutes les femmes épanouies! Profitez-en, c’est gratuit!

Bon épanouissement!


Leave a Reply

Your email address will not be published.